Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Les dérives thérapeutiques en hausse.

28 Mai 2009, 10:39am

Publié par Etienne Séguier

Parler ou ne pas parler du  dernier rapport de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) ? J'avoue m'être posé la question. Le dernier paru le 19 mai pointe des dérives thérapeutiques en hausse. De plus en plus de charlatans s'improvisent thérapeutes. Il est difficile de se repérer parmi les 38 méthodes différentes recensées officiellement par la Fédération française de psychothérapie et de psychanalyse.

Mieux vaut être vigilant encore et toujours. Pour autant, je redoute que les chrétiens ne prennent peur face aux titres alarmants de ce genre de rapport. Les Eglises (catholiques protestantes orthodoxes) ne sont pas toujours très accueillantes à ce genre de démarche qu'elles connaissent peu.

Dans le rapport que vous pouvez télécharger ici link, Delphine Guérard, psychologue clinicienne, indique plusieurs éléments qui  permettent de repérer des pratiques psychothérapeutiques sectaires.

« – Position de toute puissance et de tout pouvoir du thérapeute : dans une démarche inquisitrice
grâce à la suggestion et à sa force de persuasion, le thérapeute recherche la vérité pour
guérir. Il adopte une position interventionniste de justicier et propose des solutions.

– Injonction de rupture avec la famille comme dévoiement de la notion d’autonomie.

– Embrigadement théorique : « la théorie » n’est pas à considérer comme un ensemble d’hypothèses
à interroger, mais sacralisée, elle explique tout et marche à tous les coups.

– Atteinte à l’intégrité psychique des patients : dans l’urgence, avec insistance, sans précaution
ni délicatesse, les interventions font intrusion dans la psyché.

– Instauration d’une relation d’emprise : dans une sorte de fusion, sans dégagement
possible, le thérapeute entraîne l’autre dans un processus destructeur de singularité. Le
patient est transformé en objet se retrouve dans une dépendance aliénante. »

A vous de voir si votre thérapeute échappe à ces critères, il en existe tout de même d'excellents !



Commenter cet article