Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Présentation de l'ennéagramme

, 22:33pm

Publié par Etienne Séguier

L’ennéagramme distingue neuf profils, neuf types de personnalité (enneas en grec signifie neuf). Selon l’usage, chaque profil est représenté par un numéro de 1 à 9 que l’on dispose autour d’un cercle. Dans cet ouvrage, j’ai volontairement choisi de ne pas donner de noms à chaque type, car cela peut susciter des confusions. Par exemple, il est fréquent d’appeler le profil Huit « le chef », mais ce titre séduit aussi les Trois qui aiment bien être chefs d’équipe. Dans une première approche, je préfère présenter une description rapide de chaque profil. En la découvrant, vous pouvez tenter d'en identifier trois qui vous semblent proches de vous. C'est une façon de débuter un premier travail sur l'ennéagramme.


Type 1 : Les Un sont critiques avec les autres, mais encore plus avec eux-mêmes. Ils se demandent souvent si l’on ne pourrait pas mieux faire. Si bien que, lorsqu’ils avancent une solution, ils ont tendance à penser que c’est la seule valable. Ils accordent une place importante à l’éthique. Avec eux, reviennent souvent les expressions comme « il faut », « on devrait », le tout prononcé avec une colère rentrée, mais que l’entourage perçoit bien.

Type 2 Les Deux ont l’art d’anticiper les besoins des autres. Ils sont les premiers à proposer leur service et prêtent une grande attention aux relations humaines. Tournés vers leurs proches, ils vivent mal quand leur interlocuteur ne leur renvoie pas un signe d’appréciation, même discret. Chaleureux et actifs, ils ont bien du mal à savoir ce qu’ils désirent pour eux.

Type 3 Les Trois sont efficaces. Ils se fixent des objectifs et se donnent les moyens de les réaliser. Ils apprécient d’être valorisés pour leur réalisation, quitte parfois à choisir des activités qui ne leur ressemblent guère. Toujours en mouvement, ces chefs d’équipe ont le souci de leur image et s’adaptent facilement à leurs interlocuteurs.

Type 4 Les Quatre ressentent des émotions intenses. Ils adorent partager sur les sentiments qui les animent, même quand ils sont particulièrement sombres ou douloureux. Chaque Quatre cultive une personnalité à part qui le rend unique. Sensibles au beau et à l’esthétique, ils conçoivent leur vie comme une création. Spontanément, leur attention se porte sur ce qui manque à leur existence, ce qui les rend mélancoliques.

Type 5 Les Cinq aiment comprendre. Pour obtenir des informations, ils commencent par observer. Quand ils s’intéressent à un domaine, ils consultent plusieurs livres traitant du sujet pour se doter d’une vision complète. Ils apprécient de disposer de leur espace vital, où personne ne vient les déranger. Faisant preuve de sang froid, leur entourage les perçoit parfois comme distants, alors que ce sont des personnes d’une grande sensibilité.

Type 6 Les Six recherchent les situations claires. Ils se montrent très fiables et l’on peut compter sur eux comme coéquipier. Ils ont l’art d’anticiper les risques afin d’évoluer dans un environnement sûr. Ils doutent souvent et craignent par-dessus tout la trahison. À l’occasion, ils aiment bien prêcher le faux pour savoir le vrai. Pour conjurer leur peur, certains ont pris l’habitude de passer à l’offensive, ce qui donne l’impression d’une grande assurance.

Type 7 Les Sept sont à l’affut de la nouveauté dans tous les domaines. Ils cherchent à éviter la routine et l’ennui. Ils élaborent de nombreux projets dans leurs têtes qu’ils ne réalisent pas forcément. Ils cherchent à rendre chaque activité plaisante. Curieux, ils aiment les associations d’idées. Ils portent un regard optimiste sur la vie qui les empêche d’en percevoir les aspects les plus sombres.

Type 8 Les Huit sont combatifs et sentent tout de suite les rapports de force dans une assemblée. Ils sont pour ou contre, mais au moins ils disent ce qu’ils pensent. Ils ont une bonne intuition des réformes à entreprendre et n’hésitent pas à s'emparer du pouvoir si le responsable ne se montre pas à la hauteur. Ils peuvent être durs avec leurs opposants et attentionnés avec ceux qu’ils protègent. Leurs colères peuvent être dévastatrices, même si elles masquent une grande sensibilité.

Type 9 Les Neuf aiment l’harmonie et ils entendent bien contribuer à la créer autour d’eux. Il existe toujours un compromis à trouver, à condition de prendre le temps. Il leur arrive de se disperser en effectuant des tâches finalement accessoires. À vrai dire, il leur est difficile de savoir ce qu’ils veulent. Dans un groupe, ils sont appréciés pour leur tempérance et ils peuvent même se retrouver responsables si on les sollicite, car ils ont du mal à dire non.


L'ennéagramme part d’un constat que nous sommes nombreux à reconnaître. Malgré nos efforts pour bien faire, nous n’obtenons pas toujours les résultats que nous souhaiterions. Pis, d’autres semblent emprunter de « mauvaises » directions et malgré tout recevoir un bon accueil de leur proche. Tout se passe comme si nous ne posions pas un diagnostic juste sur nous-mêmes. Cette interrogation est renforcée par le fait que certaines situations provoquent chez nous des réactions vigoureuses, qui nous paraissent disproportionnées ensuite. L’ennéagramme va nous permettre de comprendre pourquoi nous avons tendance à répéter toujours ces mêmes comportements. Selon cette grille de lecture, chacun d’entre nous cherche à ne pas revivre certaines situations. Pour les éviter, nous surinvestissons en énergie, en attention, en temps dans certaines attitudes. L'ennéagramme décrit ainsi neuf sortes d’évitement définissant neuf types de personnalité. Avant de les présenter, je veux préciser que nous sommes peu lucides sur ces évitements et il est probable que vous ne reconnaissiez pas tout de suite le vôtre. Peut-être même allez-vous le classer du côté des aspects qui ne vous posent pas de problème.


Le profil 1 veut éviter de se mettre en colère et surinvestit dans ce qui lui permet de s’approcher de la perfection.

Le profil 2 veut éviter de reconnaître ses besoins et surinvestit dans des engagements pour les autres.

Le profil 3 veut éviter les échecs et surinvestit dans des activités où il va accumuler des réussites.

Le profil 4 veut éviter la banalité et surinvestit dans ce qui lui permet d’être différent.

Le profil 5 veut éviter de ressentir comme un vide intérieur et surinvestit dans l’acquisition de connaissances.

Le profil 6 veut éviter de dévier par rapport aux normes des groupes et surinvestit dans ce qui lui permet de paraître fiable.

Le profil 7 veut éviter de souffrir et surinvestit dans l’imagination de projets plaisants.

Le profil 8 veut éviter la faiblesse et surinvestit dans ce qui le rend fort.

Le profil 9 veut éviter les conflits et surinvestir dans ce qui facilite la vie en commun.


Cette description permet de comprendre pourquoi ce qui nous rend fiers – toutes ces activités dans lesquelles nous surinvestissons – limite en réalité notre liberté. Pour autant, il ne s’agit pas de renoncer à ces domaines dans lesquels nous sommes forts et compétents, mais plutôt de les équilibrer par d’autres dispositions. Je parlerai donc souvent d’excès de notre type. Lorsque nous sortons de ces excès, chaque profil contribue à sa manière à embellir le monde et l’existence des autres.


L’auto observation

Une fois trouvé son type, chacun est invité à développer ce que l’on appelle l’auto observation, c’est-à-dire se regarder en train de mettre en œuvre son évitement. Par exemple, un profil Deux peut constater qu’il rend à nouveau service pour ne pas s’interroger sur ce qu’il veut vraiment. En s'auto-observant, nous pouvons nous surprendre à surinvestir dans nos attitudes préférées. Nous pouvons alors décider d’agir autrement et gagner ainsi en liberté. Il y a là une période charnière où nous découvrons que notre vie peut emprunter de nouvelles voies, même si nous restons à vie marqués par notre évitement.


Les trois centres

Une autre façon de présenter l’ennéagramme consiste à utiliser la notion de trois centres. Chacun d’entre eux décrit une façon d’exprimer notre énergie vitale. Le centre Tripes désigne notre capacité à réagir instinctivement. Le centre Tête évoque notre disposition à prendre de la distance avec un événement et à analyser une situation. Le centre Cœur définit notre capacité à ressentir des émotions et demeurer en relation avec les autres. Cette distinction en trois centres rejoint une observation que chacun peut effectuer dans la vie courante. Nous agissons, nous réfléchissons et nous ressentons. Les profils 8,9 et 1 se trouvent spontanément en contact avec leur centre Tripe. Les profils 2, 3 et 4 plus en lien avec le centre Cœur. Les profils 5, 6 et 7 privilégient le recours au centre Tête. Enfin, chaque centre entretient également une relation forte avec une émotion. Les Tripes avec la colère, les Têtes avec la peur, et les Cœurs avec la tristesse. La dynamique proposée par l'ennéagramme consiste à redonner plus de place aux centres que l'on délaisse. Nous verrons dans la deuxième partie que ce rééquilibrage influence notre relation aux autres, mais aussi la façon de vivre les temps d’intériorité.

Au début, cette classification complexe peut engendrer des confusions. Si l’on est une personne active, on sera tenté de croire que l’on appartient à un profil du centre Tripes. Pour peu que l’on réfléchisse un peu, ce qui arrive à beaucoup de monde, on se perçoit alors comme un centre Tête. Et si l’on a l’impression de ne pas être totalement insensible, on opte alors pour le centre Cœur. J’aime bien donner l’image suivante : quand un grand bruit éclate dans la pièce d’à côté, les centres Tripes auront tendance à se lever pour aller voir, les centres Têtes à se demander ce qui se passe, les centres Cœur à ressentir une émotion forte. Mais tout cela va se jouer en moins d’une seconde.

Quand nous découvrons l'ennéagramme, nous passons du temps à mieux nous comprendre. Mais cet outil permet aussi de mieux comprendre les autres. Ce qui me semble l'un des grands intérêts de cette approche. Notre relation avec eux évolue et nous apprenons à nouer un contact différemment avec notre entourage. Pour reprendre une formule du Père dominicain Joseph Lebret, on peut dire que l’ennégramme contribue aussi « au développement de tout l’homme et de tous les hommes ». « De tout l’homme » en se découvrant plus riche et fin que nous le pensions et en même temps “de tous les hommes” en permettant de mieux accueillir la différence des personnes qui nous entourent.

Apparition du type

Lorsque l’on prend conscience de son type, se pose souvent la question de son origine. Plusieurs théories existent à ce sujet. Certains l’identifient à une blessure d’enfance, en l’expliquant par un événement particulier. D’autres par un certain climat durant sa jeunesse, voire par un faisceau d’événements concordants. D’autres encore font valoir que le type serait inné et non acquis. Pour ma part, je n'ai pas trouvé d’arguments décisifs en faveur de l’une de ces approches. L’ennéagramme permet en tout cas de s’engager sur un chemin de croissance sans forcément replonger dans son enfance. D’un autre côté, la découverte de son profil incite parfois à entreprendre un travail psychologique. Plutôt que d’opposer les deux démarches, je préfère valoriser leur complémentarité.

Les ailes et les flèches

Lorsque l’on présente l’ennéagrame, on insiste sur le fait que chacun d’entre nous se définit par un profil. Mais chaque profil est en réalité plus particulièrement en lien avec quatre autres types. Celui qui découvre le cercle de l’ennéagramme est souvent intrigué par les flèches qui relient des types entre eux. Selon Helène Palmer, « on aura tendance en situation de stress à suivre la direction de la flèche et à adopter les caractéristiques du type au bout de la flèche. En situation de sécurité, on ira en sens contraire de la flèche, en adoptant les comportements du type précédent le sien. » Si l’on regarde à nouveau le cercle de l’ennéagramme, nous constatons que chaque profil est aussi encadré par deux autres qui sont désignés sous le terme d’ailes. Les deux ailes de chaque profil viennent compléter les caractéristiques du type. Au total, le Six par exemple est relié aux profils Trois et Neuf par les flèches et Cinq et Sept par les ailes. Chacune de ses facettes nous offre des possibilités d’évoluer et de retrouver une forme d’équilibre. Toutes ces histoires d’ailes et de flèches peuvent apparaître bien complexes au premier abord. Mais elles deviennent plus claires lorsque l’on échange à ce sujet avec d’autres participants au cours de formations.

Les sous-types

Lorsque j’anime des sessions de découverte de l’ennéagramme, j’ai à cœur de ne pas surcharger les participants de trop d’informations. Mais je prends toujours quelques minutes pour présenter les sous-types1.qui donne de l’énergie pour mettre en œuvre notre évitement. L’ennéagramme distingue trois sous-types. Le premier s’appelle « survie », le second « tête à tête » et le troisième « social ». J’aime bien présenter ces trois sous-types en évoquant les hommes préhistoriques. À l’époque, il fallait se nourrir et se protéger du froid ce qui décrit les préoccupations du sous type survie. Il fallait aussi séduire et se reproduire ce qui relève davantage du sous type tête à tête. Et enfin, il fallait bien que certains organisent la vie du groupe, une spécialité du sous type social. Chacun d’entre nous est animé de façon marquée par l’un de ces sous-types, ce qui explique aussi que des personnes d’un même profil présentent parfois des styles différents.

1 Pour approfondir cette question lire le livre d’Eric Salmon : « La clé de l’ennéagramme : les sous types », chez InterEditions.