Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Renoncer aux renoncements pour le carême

10 Mars 2011, 10:33am

Publié par Etienne Séguier

Dans la présentation du carême, il est souvent question de renoncer, ne pas faire quelque chose. Cette formulation me gêne.

 

J'ai appris de la programmation neuro linguistique (PNL) que ne pas faire, c'est encore penser à l'objet de notre renoncement. Je décide de ne plus grignoter de chocolat, et pour y parvenir je focalise mon attention sur … le chocolat. Donc, j'essaye de ne pas céder, mais les tablettes demeurent au coeur de mes préoccupations.

 

Plutôt que de renoncer à un comportement, je préfère voir par quelle autre attitude le remplacer. Et dans ce cas, la communication bienveillante m'enseigne que ce n'est pas si simple. Je sais ce que je ne veux pas, mais pas forcément ce que je désire. Pire, je suis plus à l'aise pour pester contre ce que je ne souhaite pas, que pour laisser émerger mes réelles aspirations.

 

C'est pour cela que le carême dure quarante jours, ce qui en soi, vous en conviendrez, semble bien long. Les premiers jours sont pour identifier ce que l'on ne souhaite pas, en laissant venir d'autres élans. Les temps de prière peuvent favoriser ces renouveaux. A condition d'effectuer de parvenir à de vrais silences de la pensée, ce qui n'a rien d'évident lorsque l'on a délaissé ces moments là. Mais là encore nous avons quarante jours pour se laisser toucher, s'ouvrir. Bon début de carême à tous.

Commenter cet article

thierry 01/09/2011 16:58


Je crois qu'un des grands écueils dans le "développement" personnel est la tendance à l'extériorité une tendance constitutive de l'homme , il faut donc rééquilibré rapport à l’ intérieur et cela
constitue donc, une certaine ascèse.D'autres part l'homme est lesté ,mais là c'est un autre sujet.


Etienne Séguier 02/09/2011 10:39



C'est vrai que peut avoir la tentation de simplement appliquer des recettes sans s'impliquer, de l'intérieur, mais alors cela ne fonctionne pas très bien. C'est pourquoi je crois que le
développement personnel va toujours avec une démarche spirituelle. Cordialement



Jean-Claude 14/03/2011 11:01


Cher Etienne,

Très intéressant le lien avec l'article précédent "Bâtir sur le roc, en se reconnaissant fragile".
En murissant, j'ai l'intuition que les très grands artistes tout comme les saints
vivaient (et vivent pour nos contemporains) avec ce fragile équilibre:
entre talents "travaillés" et lâcher prise.
Peut être est ce la finalité d'une pratique galvaudée ou mal comprise: l'ascèse ?

Amicalement,
Jean-Claude


Etienne Séguier 14/03/2011 17:34



Oui l'ascèse, une question d'équilibre.