Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Les sentiments, de bons indicateurs

18 Janvier 2010, 11:35am

Publié par Etienne Séguier

tableau-de-bord-casse.jpg

A quoi servent les sentiments ? La communication bienveillante (que l'on appelle aussi communication non violente) leur attribue le rôle d' indicateurs de nos besoins. Un peu comme des clignotants sur un tableau d'une voiture. Si le voyant de l'essence s'allume, je sais qu'il reste peu de carburant dans le réservoir. Soit je peux m'arrêter à la première station, mais si j'ai un rendez-vous urgent, je peux choisir de m'y rendre en programmant de passer après à la pompe.

Avec les sentiments, c'est pareil. Si je me sens fatigué, je peux aller dormir tout de suite. Mais si j'ai un rendez-vous, je peux programmer une sieste ou décider de me coucher plus tôt ce soir. Si je suis en colère, je peux prendre le temps de voir quels besoins non honorés cette colère révèle, puis voir si je peux nourrir ces besoins immédiatement ou plus tard.

Encore faut-il prendre conscience de ses sentiments (vous pouvez par exemple prendre trois minutes dans la journée en vous demandant « comment je me sens ? ») Ne pas le faire, c'est comme prendre une voiture sans regarder le tableau de bord. Nous pouvons faire un bout de chemin, mais attention à la panne sèche.

C'est peut être aussi pour cela que les moines rythment leur journée par des temps de prière.

Commenter cet article

béatrice 02/02/2010 15:48


je ne connais pas la cascade des besoins ?
je découvre à vous lire; et relire une foule de choses nouvelles, je n'étais pa srevenue sur le site depuis la dernière fois vers le stage que vous avez animé sur Paris sur foi et cvn et l'article
du pelerin où j'ai trouvé votre blog !
vou sdonnez des notions qui m'ouvrent de spistes
car je me trouvais en peine au bord du chemin


Etienne Séguier 02/02/2010 16:04


Merci pour ces encouragements à poursuivre la tenue de ce blog. Pour la "cascade des besoins", cela consiste à approfondir un "travail" d'autoempathie. Après avoir identifié un sentiment et le
besoin qui y correspond, avoir pris le temps d'accueillir ce besoin, on peut renouveller l'opération, en disant et maintenant "comment je me sens ?" et quel besoin ce sentiment révèle. On peut agir
comme cela cinq six fois et découvrir que derrière des désagréments (et des besoins "en surface") se révèlent d'autres besoins plus profonds. Mieux vaut pratiquer cela à la vitesse d'une tortue.
Comme toujours, cela ne résoud pas tout d'un coup de baguette magique, mais cela aide à se reconnecter à ce qu'il y a de vivant en soi.


béatrice 02/02/2010 14:11


j'aime bien cette explication !
mais est ce aussi simple que cela ?
je crois que le plus difficile c'est d'identifier ce qui nou s anime et remonte ou monte en nous ...


Etienne Séguier 02/02/2010 14:33


vous voulez dire clarifier nos besoins ? Est ce que vous avez déjà pratiqué par exemple la cascade des besoins ?