Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Le corps un chemin spirituel avec Saint Dominique

6 Septembre 2010, 10:52am

Publié par Etienne Séguier

Dans le cadre des Etats généraux du christianisme organisé par La vie, j'anime une table ronde sur le thème « Le corps un chemin spirituel ? », avec le père Jean Luc Souveton et Ysé Tardan Masquelier.

 

Pour s'y préparer, j'ai interrogé sœur Catherine Aubin, licenciée en psychologie et docteur en théologie. Cette dominicaine a rédigé un livre intitulé « Prier avec son corps » à la manière de Saint Dominique. Les oraisons du fondateur de l'ordre prêcheur étaient très expressives. A sa mort en 1221, des frères décrivirent les neuf attitudes avec lesquelles le saint priait, en les illustrant de dessins. Ces documents connurent une large diffusion à l'époque. « Chaque geste nous montre comment se situer à l'intérieur de nous même face à Dieu » confie Soeur Catherine. « Certaines attitudes peuvent surprendre, mais elle aide à enrichir notre relation avec Lui ». Parmi les neufs gestes, en voici trois moins classique qui peuvent aider à cultiver votre relation à Dieu.

 

1)S'agenouiller plusieurs fois « Saint Dominique avait l'habitude de s'agenouiller plusieurs fois. En se posant ainsi à plusieurs reprises, nous freinons cette tendance à penser que la vie ne nous en donne pas assez. Nous risquons tous de vivre au détriment des autres (et de Dieu) en cherchant la première place. S'agenouiller, c'est reconnaître que je suis ce que je suis. Mais aussi que j'ai de la valeur aux yeux de Dieu. Chacun peut adopter ce geste suivant son élan du jour : soit en s'agenouillant réellement plusieurs fois, soit en visualisant ce mouvement. Ce geste peut s'accompagner d'une prière : «  Seigneur, je ne suis pas tout puissant, je me sens souvent faible, mais ta grâce me suffit. Je me remets à toi, quand le moment sera venu, n'empêche pas ta force de se déployer. » Ce premier geste d'accueil invite à rentrer dans une logique de communion avec le Seigneur. Dans la journée, lorsque la vie ne semble pas me donner assez, je peux à nouveau me visualiser en train de m'agenouiller. »

 

2) Demeurer debout les bras en croix. « Ecarter les bras atteste d'une attitude de confiance joyeuse. Après le temps de l'accueil de la grâce de Dieu, voici celui de la rencontre avec Lui. Au début, il est possible que vous vous sentiez un peu bête. Nous n'avons pas l'habitude de demeurer ainsi les bras en l'air. Mais ce geste s'avère très puissant pour vivre ces retrouvailles. C'est l'attitude adoptée par le père retrouvant le fils prodigue, dans la parabole racontée par le Christ. Tous les deux courent l'un vers l'autre en ouvrant leur bras. Dans mon couvent à Rome, il y a un arbre couvert de pêches magnifiques en été. J'aime le regarder les bras ouverts en prononçant la prière suivante : « Seigneur, tu demeures en moi, tu portes du fruit. » Rien ne sert de se dresser contre les autres, il suffit de demeurer debout, confiant. Les fruits de Dieu émergent toujours en nous, de l'intérieur. A travers ce geste, il est bon d'expérimenter aussi que la croix n'exprime pas que la mort, mais aussi le triomphe de la vie. »

 

3)Tendre les bras devant soi levés vers le ciel « Saint Dominique aimait aussi se tenir les mains à la manière d'une flèche tirée d'un arc tendu, les paumes au dessus de la tête, jointes ou entrouvertes comme pour recevoir quelque chose du ciel. Ce geste exprime à la fois un mouvement de confiance et de don de soi. Nous sommes dans une attitude d'accueil, mais aussi comme attiré par le Très haut. Par pudeur, nous n'avons pas l'habitude d'exprimer ainsi notre désir de communion avec Dieu. A vous de voir s'il correspond à une aspiration personnelle. »

 

« Pour saint Dominique, chaque temps de prière repose sur trois temps différents : l'accueil, la rencontre, le don. Chaque étape peut s'exprimer différemment : l'accueil en s'agenouillant, mais aussi en s'inclinant ou en s'allongeant face contre terre. La rencontre en ouvrant les bras ou en les tendant vers le ciel. Le don en se mettant en marche pour aller vers les autres.  Pour autant, ces attitudes ne constituent pas une méthode de prière constituée de gestes à enchaîner dans un ordre précis. Le croyant doit se sentir libre d'adopter l'attitude la plus appropriée à son désir du moment. Ces gestes peuvent ainsi nourrir un temps de recueillement le matin et le soir, mais ils ont surtout pour vocation de soutenir une prière tout le long de la journée. Si je trouve que l'existence ne me donne pas assez de satisfaction, je peux, en pensée, m'agenouiller pour laisser une place à Dieu. Accepter de me retrouver démunis face à Lui. A un autre moment, je peux avoir tout simplement envie de rencontrer Dieu et me visualiser en train d'écarter grand mes bras. Ces gestes effectués réellement ou virtuellement n'ont d'autres fonctions que nous faire rentrer dans une grande proximité avec Dieu. Bonne rentrée à tous. » Recueillis par Etienne Séguier A lire : « Prier avec son corps », Catherine Aubin, Cerf, 22 euros.

Commenter cet article

orchis 08/09/2010 12:31


j'aime bien les sentiers différents que vous empruntez et les horizons qui s'ouvrent ainsi sous nos yeux ! je trouve cette façon de dire les choses par le corps très touchante !
nous avons été formé à des attitudes trop "guindée" !il nous est ainsi donné de faire le lien entre formation au développement personnel et prière !
continuez de nous tracer des pistes !


Etienne Séguier 08/09/2010 14:39



merci pour ces encouragements en ce mercredi de rentrée un peu gris !



Jean-Claude 07/09/2010 12:05


Cher Etienne,
Merci pour le compte-rendu de cette rencontre avec soeur et ce livre que je ne connaissais pas.
Après le temps de vacances où j'ai pu me rendre pleinement compte de toutes mes limitations, la démarche "prier avec son corps" rejoint toutes mes envies de m'en remettre à Dieu. En plus, je
continue à être attiré par toute démarche "non-ordinaire".
J'aime beaucoup cette possibilité de se visualiser si l'endroit où je prie n'est pas approprié au geste qui correspond à mon désir du moment.
Amicalement,
Jean-Claude


Dominique BAUMONT 06/09/2010 16:38


Quel personnage ce Dominique !


Etienne Séguier 07/09/2010 09:58



Encore un Dominique de bien !