Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Etre conscient que l’on n’est pas toujours conscient

8 Février 2011, 19:16pm

Publié par Etienne Séguier

Je viens de participer à deux jours d’un séminaire sur Ennéagramme et Pnl, organisé par Eric Salmon avec Robert Dilts, l’un des pontes de la PNL. Le thème était "leadership et conscience". Comment élargir son champ de conscience, qui se réduit régulièrement sous l’effet des contrariétés diverses.

 

Robert Dilts est à l’origine de ce que l’on appelle la PNL de troisième génération, moins centrée sur des protocoles mécaniques, et davantage la conscience de soi-même et du champ de relations dans lequel on évolue. Nous sommes moins dans la recette plus dans la présence.

 

Lors d’une intervention, Robert Dilts a évoqué un manager qui s'est fixé de revenir le soir chez lui avec la même énergie qui est la sienne, le matin, en partant au travail. Cette démarche implique de vérifier régulièrement son niveau de présence, et éventuellement veiller à la relancer quand elle baisse durant la journée. Encore faut-il :

-       que l’on soit conscient que notre élan vital diminue

-       d'avoir identifié des façons de nourrir cet élan

 

Le dirigeant en question a trouvé un moyen : il chante notamment lorsque’il emprunte les taxis. Ce n’est sans doute pas le seul truc. Un de mes voisins lors du séminaire utilise la méthode vittoz pour se recentrer. A chacun de trouver ce qui lui convient.

 

En revenant de cette session, je songeais à la parabole des dix vierges qui attendent leur futur mari, cinq ont pris de l’huile pour leur lampe, cinq autres n’y ont pas pensé. (voir Matthieu chapitre 25 versets 1 à 13). Ces dernières vont donc en chercher, mais du coup elles sont absentes lorsque l’élu de leur coeur arrive dans la nuit.

 

A  priori, on pourrait se dire que les cinq prévoyantes auraient pu prêter de leur huile aux autres, mais ce genre de chose ne peut se donner. Autrement dit, personne ne peut être présent à votre place.

Pour faire le parallèle avec le séminaire, si vous êtes de moins en moins présents au fur et à mesure que votre journée passe, vous risquez de louper la rencontre avec vos proches lorsque vous rentrez chez vous le soir (et peut être même vos collègues dès l'après midi).

 

Etre conscient de toutes les fois où ma conscience se réduit à presque rien, ma conscience de moi même, des autres, du champ de relations pour reprendre un vocabulaire de la PNL est vital. Mais avec la Bible, je peux aussi prendre conscience que cette présence me dispose à une rencontre qui me décentre.

 

 

Commenter cet article

michel 09/02/2011 11:53


Excellent . On a plaisir à cheminer avec toi,partager avec toi,t'accompagner dans cette réflexion conscientisante.
Seulement dans la dernière phrase, je mettrai " la foi " au lieu de " la Bible ".


Etienne Séguier 09/02/2011 13:28



merci pour ce retour qui me touche, merci de me lire régulièrement, c'est vrai que la foi est plus juste que Bible.