Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Entrez dans le champ.

12 Février 2011, 10:38am

Publié par Etienne Séguier

Je poursuis sur mes découvertes liées à la Programmation neuro linguistique (PNL) de la troisième génération, suite au séminaire suivi avec Robert Dilts. Durant ces deux jours, il a notamment abordé la question du “champ” dans lequel nous évoluons, comme type d'espace ou d'énergie, produit par les relations et les interactions au sein d'un système.

 

Le développement personnel cherche à comprendre comment nous fonctionnons, nos croyances, nos résistances. Il privilégie les solutions “qui marchent” pour résoudre un problème. Mais cette attention privilégie un travail sur la personne, en l’aidant à entrer en relation avec son interlocuteur. Nous sommes alors dans une interaction en face à face. Ce qui en soi peut embellir l’existence, mais il manque souvent la dimension collective.

 

A travers la notion de champ, la PNL de la troisième génération invite tout en restant “centré” dans son corps, à s’ouvrir aux interactions d’un groupe, d’un système. Cette démarche peut concrètement conduire à élargir notre intention. Ne pas se focaliser sur ce qui nous fait face, mais ouvrir ses antennes sur l’espace dans lequel on évolue. Comme lorsque l’on ouvre le champ de vision d’un appareil photo.

 

J’ai déjà perçu cette ouverture à travers ce que l’on appelle les sous-types dans l’énnéagramme. Cet outil distingue neuf profils de personnalités différentes, lesquels se déclinent chacun en trois sous-types (ce qui donne 27 styles de vie différents).

Les sous types nous renseignent sur la façon don’t nous entrons en contact avec le mode extérieur. Est-ce en privilégiant l’attention à ce qui nous permet de survivre (manger, être confortable), est-ce plutôt en privilégiant les relations à deux, ou bien en privilégiant l’attention au groupe.

 

Une soirée réussie, est-ce plutôt pour vous un buffet bien rempli, une conversation intense avec un invité ou bien le fait d’être avec d’autres convives et de sentir leur présence ? Si vous privilégiez le buffet ou la conversation intense, il peut être bon aussi d’apprécier la présence du groupe, de s’ouvrir au champ d’interactions qui s’exprime (même s’il ne se passe apparemment pas grand-chose).

 

J’aime bien cette façon concrète d’évoquer le collectif, qui n’est pas simplement une idée, mais aussi une réalité que l’on ressent ou non. Lors d’une réunion, est ce que je me focalise sur un intervenant, en cherchant à lui répondre ? Ou bien est-ce que j’arrive à percevoir également la présence de ceux qui ne s’expriment pas avec des mots ? L’équilibre de l’ensemble du groupe ?

 

 

Commenter cet article