Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Changer de regard en douceur.

22 Mai 2011, 18:26pm

Publié par Etienne Séguier

Pour les vacances de Pâques, je suis parti en Hollande. C’était la première fois que je visitais ce pays. J’étais émerveillé par ce ciel immense. Rien n’arrête le regard. J’étais pris par ces horizons. A Amsterdam, nous avons visité le musée Rembrandt, ce peintre qui excelle dans l’art du clair obscur et cherche à nous montrer l’invisible. Je suis revenu requinqué par cette belle semaine.

 

Ce week end, nous avons décidé de repartir à la campagne, mais cette fois-ci dans la maison de mes parents, dans la Beauce. Je n’apprécie guère ces paysages, car il me semble sans relief et monotone. Mais cette batisse permet de prendre l’air et de se retrouver en famille. Mes enfants m’ont proposé de faire un tour de vélo. Et je me suis retrouvé au milieu de cette immensité, avec … rien qui arrête le regard. J’ai été touché par ce ciel immense aussi. J’ai pensé à la cathédrale de Chartres qui se dresse pas loin. J’étais comme porté par ce que je contemplais.

 

J'ai compris que mon séjour au Pays-Bas avait renouvellé mon regard sur la Beauce. Comme s'il m'ouvrait les yeux sur la beauté de cet espace. Mais en douceur, sans chercher à me raisonner, à me convaincre des vertus de la Beauce.

 

Lorsque l'on s'enferme dans un avis tranché, un regard sur une situation, nous pouvons chercher à changer notre angle de vue. Voir plus loin ou de plus près. Esquisser un pas de côté. Mais cela peut sembler artificiel. J'aime bien cette idée de partir, quitter le connu pour aller voir comment nous pouvons être différemment ailleurs. Puis revenir et se laisser surprendre par une vision différente.

Commenter cet article

Marie Christine 24/05/2011 10:34


J'aime beaucoup cet exemple très concret qui montre si bien combien, si nous réussissons à lâcher nos certitudes qui ne sont que des opinions, alors une ou des visions différentes jusqu'alors
invisibles se font jour .
A chaque fois que j'ai conscience d'enfermer "mon regard relationnel sur le monde autour de moi" je me rappelle et je m'appuie sur une maxime que je m'étais inventée au cours de la dépression
consécutive au deuil de mon époux âgé de 55ans : "Croire en tous les possibles et surtout celui que je n'imagine pas" .
D'autre part j'ai pu constaté dans la Bible que lorsque il est interrogé, le Christ ne répond jamais vraiment à la question mais encourage à se décaler pour voir sous un angle nouveau.
Fraternellement MChristine


Etienne Séguier 24/05/2011 19:21



Merci Marie christine, c'est vrai que le Christ répond souvent décalé.


Fraternellement


Etienne