Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Ma fille ne veut pas qu’on lui lave les pieds.

5 Avril 2009, 08:19am

Publié par Etienne Séguier

Au caté, les animatrices ont proposé à ma fille qu’on lui lave les pieds ce jeudi saint. Mais elle hésite. Elle ne voudrait pas être la seule. Dans le livre “Cultive tes talents”, j’explique comment j’ai mieux perçu la force de ce geste, lors d’une séance de réflexologie. Ce moment où l’on masse vos pieds pour soulager les tensions du corps. Le geste du Christ lavant les pieds de ses disciples à la même force que le partage du pain et du vin.
Dans le fond, je suis d’accord ma fille. Ce serait mieux si nous pouvions être plusieurs à se laver les pieds, pour diffuser largement ce geste. Surtout cette année où nous traversons une crise financière sans précédent, où chacun éprouve des difficultés à se tenir debout.

Cette semaine, dans Libération, le philosophe André Comte-Sponville explique que la morale ne suffit pas, qu’il faut aussi des mesures politiques link. Certainement (le développement personnel et les chrétiens négligent souvent cette dimension). Il me semble surtout que la morale ne suffit pas si elle ne se traduit pas par de l’engagement qui implique la personne, qui expose son corps à du conflit (comme dans la politique, le syndicalisme). Mais, alors il est bon de se faire laver les pieds pour repartir, tenir son engagement dans la durée.

Faut-il inventer alors une célébration spéciale le jeudi saint où chacun amènerait sa bassine et son savon pour laver les pieds de son voisin ? Faut-il commencer par se laver les pieds en famille ? Dans son groupe d’aumônerie, de JOC, de couples chrétiens ?

Commenter cet article

Carole 12/04/2009 08:58

Je rebondis à nouveau en découvrant, dans le dernier n° du Monde des Religions, l’article « www.dieu.com ».
La dématérialisation à l’œuvre dans notre société serait en passe de gagner – j’allais écrire « toucher » mais précisément non - l’Eglise. Ainsi j’apprends que certaines églises proposent, entre autres, le baptême en ligne !
Si le baptême fait sens à titre personnel, n’était-il pas aussi l’entrée dans une communauté ?
On peut rétorquer qu’en l’espèce une cyber communauté existe ; personnellement elle ne m’évoque pas la chaleur d’un rassemblement.
En outre, j’avoue ne pas comprendre pas la logique des intéressés (l’article explique bien celle de ceux qui proposent leurs « services » religieux sur le net) : où bien la spiritualité est vécue comme un lien direct avec l’Autre et alors je n’ai besoin ni d’église ni d’être baptisé, où bien je rejoints la communauté « humaine » des chrétiens … ?
Des cyber retraites sont également proposées ; en pratique l’intéressé reçoit par mails invitations à la prière, exercices spirituels. Si je comprends davantage ce concept, il n’empêche que tout cela me semble dénoter une démarche assez relative là où le corps lui, « symboliquement » engage …

Etienne Séguier 13/04/2009 12:15


J'ai participé à plusieurs retraites notamment sur le site notre dame du web, avec les jésuites. Ils proposent des exercices, des médiations sur des textes, mais aussi de faire part de ses
réflexions et intentions de prière sur un forum. Je me souviens d'une fois où une québécoise avait part de sa prière en débarassant la neige devant sa porte. J'avais ressenti un sentiment très fort
d'appartenir à une communauté vraiment universelle. Il reste que ces rencontres n'engagent pas les corps et encouragent de "belles pensées" sans s'impliquer physiquement. Je trouve qu'il y a un
véritable risque à ne solliciter que son centre mental pour reprendre un terme utilisé par l'enneagramme, sans solliciter aussi son corps et ses émotions. Dans le baptême, il y a tout de même ce
contact avec l'eau, la présence de la communauté, une communauté qui n'est pas idéalisée, mais bien réelle (qui chante plus ou moins bien), avec sa tante qui fait la gueule, les enfants qui font du
bruit :)


Carole 08/04/2009 19:50

Je rebondis sur votre article et ses commentaires car cela touche, à mon avis, à un point très important, celui de « la pensée du corps »

Bien qu’on ne cesse de se clamer « libérés », le corps est encore largement tabou dans notre société, et ce, à mon sens, parce que largement impensé.

J’ajoute que, contrairement à l’idée généralement répandue dans l’opinion publique, je crois que les religions, parce qu’elles offrent du « sens » ont quelque chose de fondamental à apporter à cette "pensée du corps" donc aux grandes questions de société ( Cf sexualité, bioéthique)
Ceci est particulièrement vrai pour la religion de l’incarnation !
Cf : Jean Paul II : « si le corps ne participait pas de la personne, la mort du Christ n’avait aucun sens, et pas davantage les mystères de l’incarnation et de la résurrection »
Bien à vous, Carole

Etienne Séguier 09/04/2009 10:51


J'aime beaucoup l'expression "la pensée du corps". Qui permet de relier à la fois une attention réelle et concrète à nos corps mais aussi une pensée plus large sur des grandes questions comme la
sexualité et la bioéthique. Merci pour cette belle citation de Jean-Paul II qui me touche beaucoup en ce jeudi saint.


Arthur 06/04/2009 19:58

Est ce que ce manque d'enthousiasme des chrétiens pour le lavement des pieds ne s'explique pas aussi par le fait que cela procure un bien être ?

Lisa 06/04/2009 11:18

La réaction de votre fille montre à quel point des rites gestuels gagneraient à être davantage intégrés à la liturgie, de manière naturelle. Surtout d'ailleurs avec les enfants qui intègrent beaucoup les choses à travers leur corps. Merci pour ce blog original qui ouvre une autre fenêtre sur l'Eglise et la foi.

marie thérèseet michel 05/04/2009 09:53

R....Je comprends tout à fait tes hésitations car moi non plus je n'ai pas envie qu'on me lave les pieds , ce qui va se faire à la Communauté Chrétienne de la Cité , ce jeudi saint ; mais tu peux le faire symboliquement en faisant tomber un petit peu d'eau sur le pied comme on le fait pour un baptème (ton papa t'expliquera ce que veut dire "symboliquement") M.T.

Etienne Séguier 05/04/2009 17:48


Chère Marie-Thérèse, je veux bien expliquer ce que cela veut dire symboliquement, et en même temps, je ne peux m'empêcher de penser que le Christ n'a pas fait ce geste que symboliquement. Et que
cela change beaucoup de chose. Je trouve parfois que le jeudi saint, le geste est "baclé". On verse quelques gouttes d'eau et le tour est joué. Je préfère quand on prend le temps de laver les
pieds, avec du savon et de l'eau, qu'il y ait un peu de contacts.