Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cultive tes talents

Eloge de la récupération

27 Mars 2014, 19:03pm

Publié par Etienne Séguier

Eloge de la récupération

J'assistais l'autre jour à un petit déjeuner dans le cadre de l'IFC Paris (International Coach Fédération) avec une coach, Edith Perreaut-Pierre, directrice de Coévolution qui accompagne les sportifs de haut niveau. Elle insistait sur les vertus de la récupération. Pour faire face aux compétitions, ces athlètes s'entraînent dur, mais leur réussite ne se joue pas que dans leur capacité à multiplier les séances d'entraînement. Une partie de leur succès s'explique aussi dans leur aptitude à récupérer.

Le terme « récupérer » me plait bien, car il englobe plusieurs réalités. Tout d'abord, il désigne notre capacité à prendre des temps de repos. Dans mes accompagnements de coaching, notamment pour les couples, j'explique qu'il vaut mieux parfois aller dormir et s'expliquer le lendemain que de chercher à se réconcilier en y passant la nuit. En soi, se reposer n'est pas si évident. Je suis surpris de voir que faire une sieste le week end ne semble pas si facile, comme s'il était dangereux de se laisser aller une demi heure, le samedi ou le dimanche.

Mais la récupération peut passer aussi par d'autres formes que le sommeil. Là encore, il n'est pas évident de trouver les activités qui nous régénèrent. Certains loisirs auraient tendance à nous épuiser plus qu'à favoriser la récupération. Alors que les beaux jours réapparaissent, il peut être bon de s'interroger sur la légèreté qu'apporte nos temps de loisir. C'est ainsi que j'ai fini par abandonner des cours de tennis qui s'avéraient plus stressant que détendant.

La récupération peut aussi s'effectuer à travers des temps de rêverie. Nous évoluons souvent dans un mode binaire, donner ou recevoir, qui ne sont finalement que deux moyens de rester actifs. Il y a en effet une façon de recevoir qui nous laisse encore crispés, tendus, inquiets. Nous souhaitons souvent réussir notre écoute, notre réception. La rêverie propose une troisième voie, où nous nous laissons être, sans contrôle, ni projet. Nous l'expérimentons lorsque nous flânons dans un parc, lorsque la contemplation d'un paysage nous saisit.

Mais finalement qu'est ce qu'il y a récupérer ? De l'énergie, de la force, de la hargne ? Sans doute, mais cela ne suffit pas pour les athlètes du quotidien que nous tentons d'être. Car nous aspirons aussi à récupérer de la présence à ce que nous vivons, de l'ouverture à ce qui se propose, de la légèreté d'être. Bonne récupération à tous.

Commenter cet article

Maud Poitevin 11/07/2014 18:15

Très juste ce que vous écrivez sur les temps de récupération et de flânerie.
Idem,pour prendre une décision,après avoir analysé la situation et les conséquences, il est bon de laisser le cerveau se reposer, d'aller faire autre chose, n'importe quoi qui n'a rien à voir avec la situation et de laisser la décision se prendre intuitivement.
Tant de personnes sont en ce moment en surbooking, elles ont besoin de réapprendre à contempler, à ne rien faire, à se laisser faire par la vie et c'est ainsi qu'elles peuvent connecter leurs besoins...

Pierre-Jean FAVIER 28/03/2014 09:30

Oui à la récupération, au lâcher prise sur le temps et l'action. Comme disent les hommes du désert : "vous avez l'heure, nous avons le temps". Je recommande la marche comme mode de récupération,de rêverie et de méditation.

Séguier 28/03/2014 10:26

Oui j'aime beaucoup ce dicton des hommes du désert !